Comment venir dans le Nord sans s’intéresser à l’histoire de la mine ? Sans cela, ce n’est pas vraiment venir dans le Nord ! Ça, on en était convaincu. Ce que nous ne savions pas, c’est à quel point la mine a marqué les gens, mais aussi les paysages ici !

 

Pour mieux comprendre et expliquer cette fabuleuse histoire de la Mine et des mineurs, quoi de mieux que de commencer par nous rendre au Centre Historique Minier à Lewarde ?

 

Situé à quelques kilomètres de Douai, ce lieu nous semble incontournable, pour peu que vous souhaitiez en savoir plus sur l’histoire du Nord Pas de Calais. Et je vous l’avoue, j’y ai appris énormément de choses.

centre historique minier

 

 

 

Le Centre Historique Minier

 

Installé sur l’ancienne fosse Delloye, le Centre Historique Minier de Lewarde à été créé en 1982, classé Monument historique, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Déjà deux arguments de taille pour s’y intéresser.

Dès notre arrivée, nous sommes impressionnés par les bâtiments industriels dans un état de conservation remarquable. Quoi de mieux que de pouvoir explorer les authentiques lieux de travail des mineurs de l’époque. Cela nous permet de nous émerger directement et complètement dans l’Histoire. Une partie des bâtiments accueillent d’ailleurs une collection impressionnantes d’archives et d’objets de l’époque : des outils mais aussi des objets et meubles de la vie quotidienne, et l’impressionnante « salle des pendus »

Dans le musée, on peut aussi en apprendre plus sur la formation géologique du charbon, la formation des continents.

 

Explora’mine

 

Il est presque14h30. Nous avons rendez-vous dans les vestiaires avec le guide pour une visite adaptée aux enfants et aux familles : Explora’mine. Avant toute chose, il nous attribue une carte de personnage, et un métier. Équipés de nos casques et de nos lanternes, la passerelle des mineurs qui surplombe le site nous mène jusqu’à la cage. C’est le nom de l’ascenseur qui permet de descendre au fond de la mine. Je vous rassure tout de suite, il s’agit maintenant d’un ascenseur moderne, mais cela prend tout de même un peu de temps avant d’arriver tout au fond.

Les portes s’ouvrent, nous voilà dans les galeries, prêts à en apprendre plus sur les conditions de travail. La visite est ludique, le guide très pédagogue. Aidé de sa tablette numérique, il prend le temps d’expliquer. Daphné et Liam sont captivés, et surtout très surpris d’apprendre qu’au siècle dernier, les enfants travaillaient dès l’âge de 7 ans. Je ne vais pas tout vous expliquer ici, il faudra y aller vous-même. Après une heure dans les couloirs, il est temps que l’on remonte enfin à la surface.

 

La rencontre avec Michel, Mineur de Fond

 

On retourne dans le musée pour une visite guidée à laquelle je n’étais pas préparée. C’est pourtant une des principales raisons qui m’avait donnée envie de venir ici.

Avant de préparer cette visite, je ne savais pas que les derniers puits d’extraction ont été fermés il n’y a pas si longtemps. En décembre 1990. Presque 3 siècles après les premiers filons découverts.

Cela fait donc moins de 30 ans.

Mais qui étaient ces mineurs de fond ? Le Centre Historique Minier propose de les rencontrer. 4 anciens mineurs animent aujourd’hui le musée et partagent leur témoignage.

On parle souvent de la fermeture des mines, mais il faut également comprendre qu’en moins de quelques années, c’est aussi des milliers d’emplois liés à cette activité qui sont supprimés. Des milliers de familles dont la vie se trouve chamboulée.

Nous rencontrons donc Michel. Derrière sa bonhommie, son large sourire et son fort accent picard, il nous parle de la dure réalité de son ancien métier. On ne parvient pas à s’imaginer passer 8 heures par jour, 6 jours par semaine, dans ces galeries poussiéreuses et bruyantes. Mais on ne se doutait pas non plus qu’une fois chez eux, la vie n’était pas si facile non plus. A quel point les familles de mineurs étaient totalement dépendantes des compagnies qui les employaient.

Et ce témoignage m’a totalement bouleversé. Je ne suis pas parvenu à vous l’expliquer en vidéo, et je me rend compte que je n’y parviens pas non plus à l’écrit… Je me suis pris une vraie claque !

Après cette rencontre, et les échanges que l’ont a eu ensemble, au-delà de l’aspect historique, c’est une véritable leçon de vie qui nous a été donnée.

Si vous n’aviez qu’une demi-heure à passer ici, venez la passer avec Michel.

 

 

 

Et les Terrils 

 

De Valenciennes à Béthune, sur plus de 100 kilomètres, les terrils marquent le paysage du Nord Pas de Calais. Ce sont aussi la mémoire visible de cette région minière. Plus de dix générations d’hommes et de femmes se sont relayés ici afin d’évacuer et de stocker les pierres extraites du fond des mines, issues du tri du charbon.

Et après la visite à Lewarde, on avait vraiment envie d’aller voir ça de plus prêt.

On décide d’aller découvrir les doubles terrils d’Haillicourt, dans le Pays à Part.

Une fois sur place, on est saisi par la taille de ces énormes monticules. Le chemin est bien balisé. Mais il est déjà tard. Monter maintenant ? On se motive et on décide que nous iront demain. Et que nous assisteront de là haut au lever du soleil. Matinale comme je suis, je souffre par avance. L’application météo annonce le lever du soleil pour 6h12… On programme donc le réveil.

 

5H30, ça pique un peu… Les enfants sont moins enthousiastes que la veille, mais finalement, on se met en route. Après plus de 300 marches (ça pique beaucoup) la récompense. La lumière apparaît, lentement autour de nous. Nous avons préparé le thermos d’eau chaude. Tisane, café et biscotte nature. Côté gastronomie, pas le meilleur petit déjeuner, c’est sûr, mais côté vue, ça compense largement le manque de beurre et de confiture. Le vent souffle en haut. La boisson chaude était définitivement une bonne idée. Et se lever tôt aussi. Le spectacle est incroyable. Finalement, ça pique, mais ça valait clairement la peine.

 

Et maintenant, on retourne se coucher ? Ou alors on va se balader vers Mons en Pévèle dans notre article consacré à ce village .

 

 

INFOS PRATIQUES

 

Centre Historique Minier

Fosse Delloye

Rue d’Erchin 59287 LEWARDE

 

Ouvert tous les jours ; Sauf en janvier, les 1er mai et 25 décembre.

 

Le Centre organise également de nombreuses activités et éventements, des ateliers, des expositions temporaires, … Retrouvez toutes les infos sur leur site internet : www.chm-lewarde.com

 

Terril du Pays à Part :

Parking :  Rue de la lampisterie 62940 Haillicourt

 

 

 

 

 

 

 

 

Rejoins nous !

Pour ne pas manquer la sortie de nos nouvelles vidéos et de nos nouveaux articles !

Merci et à bientôt !

Share This