Ou le récit d’une rencontre fortuite autour d’un WC, et comment la vie nous fait des cadeaux.

Mais avant de vous expliquer ce titre, revenons quelques jours en arrière afin que vous compreniez un peu mieux.

Nous sommes à Nantes, au tout début de notre nouvelle vie nomade. Et oui, la vie sur la route c’est le rêve ! La plupart du temps…

Aujourd’hui c’était laverie, ménage, entretien de notre intérieur, plein d’eau propre et vidange des eaux sales. Des journées comme on les aime. Le but : être au top et tranquillement reprendre la route vers les îles britanniques. En théorie on serait arrivé à Rennes ce soir. Et dimanche le ferry. Ça c’était en théorie….

Dans la vraie vie, on vient de casser la « tirette » de vidange des WC de Tadam. Nous ne pouvons plus utiliser nos toilettes. On a entrepris les recherches pour réparer. Super bien accueillis, la pièce n’est néanmoins pas disponible. On va devoir chercher demain du côté des revendeurs de pièces pour bateaux. (Tadam est équipé de WC nautique). Sauf que le réparateur ferme pour congés, que le 15 août est férié. Nous avons peut-être une solution pour Mercredi à Rennes… En attendant, ce soir on a trouvé un petit camping, on va en profiter pour prendre une bonne douche  (autant positiver et voir l’avantage de se poser là ce soir).

Le lendemain je vais même faire un petit plongeon dans la piscine chauffée (je sais, on ne se refuse rien) et on verra comment on s’organise d’ici Mercredi.

Le jour suivant, nous avons cherché une solution, mais cette pièce est introuvable, encore plus au mois d’août. Avant notre Grand départ, j’avais suggéré à Bastien que l’on installe des toilettes sèches. Il n’était pas convaincu par l’idée et n’avait pas envie de se compliquer la tâche alors que nos WC fonctionnaient alors très bien.
Et l’Univers vient donc à mon aide d’une manière un peu étrange je vous le concède.
Aujourd’hui nous sommes obligé d’en installer.

Seulement, nous sommes sur la route, sans connaissance dans le coin, sans outil, pas très bricoleur. Bref, cela semble mal parti. L’idée me vient de lancer un appel, via notre page Facebook. Après tout, les réseaux sociaux sont là pour rapprocher les gens ? Il y aura bien quelqu’un qui connaitre quelqu’un qui pourra nous aider ?

Voici l’annonce :

*** On cherche un lieu pour se poser quelques jours avec électricité. Si vous avez des outils (scie sauteuse par exemple) à nous prêter c’est mieux, si vous avez des notions de bricolage, c’est top, si vous avez déjà fait ce type de travaux, c’est l’apothéose Toute aide est la bienvenue, on peut bien sûr faire un peu de route pour vous rejoindre. Nous sommes restés sur Nantes pour le moment
NB: La photo de Daphné et du chat n’a été prise que pour attirer votre sympathie et révéler votre empathie. Merci d’avance  ***

 

Moins de 10 minutes plus tard, des réponses commencent à arriver. Tellement rapidement que nous sommes vraiment surpris de cette solidarité virtuelle, qui nous propose pourtant des solutions bien réelles.

Quand nous avons lancé le message, on espérait au mieux trouvé un bout de terrain pour se poser et trouver une solution, on a reçu beaucoup plus que ça !

Je ne saurais vous expliquer pourquoi, peut-être car elle a été rapide et spontanée, on a choisi de contacter Alline et Mika. Ce ne sont pas des amis d’amis, même pas une vague connaissance. Jusqu’à ce soir-là, ils étaient pour nous de parfaits inconnus.  Je regarde rapidement leur profil : un petit coup d’œil pour voir qui pouvait bien s’intéresser à nous, et vérifier qu’il ne s’agit pas de dangereux psychopathes.

Et je découvre que ce couple de voyageur rentre de 2 ans de périple autour du monde, notamment en Amérique du Sud, en combi ! Ils habitent à moins d’une heure de Nantes et lui se dit bricoleur. En même temps faire l’Amérique du Sud en combi, il doit savoir bidouiller des trucs. Plus de doute, on ira chez eux. On échange rapidement et rendez-vous est pris pour le lendemain matin.

En arrivant, on est un peu gêné d’être là. C’est étrange d’être invité chez des inconnus, encore plus pour régler un problème de toilettes…*

On se sent tout de suite accueillis. La gêne ne dure pas tant que ça. Les présentations faites, on sent qu’on est au bon endroit. Effectivement Mika et Alline sont rentrés depuis avril, encore la tête un peu là-bas, mais en même temps complètement ici, avec des supers projets. Leur jardin est incroyable, un potager luxuriant, les légumes et les fruits poussent de partout. C’est beau, on est bien.
Mika nous montre son atelier, et surtout les toilettes sèches qu’il a mis en place chez lui mais qu’il doit démonter depuis plusieurs semaines. Et tout naturellement, il nous propose de récupérer le matériel pour fabriquer les nôtres. Et oui je dis naturellement, car tout se passe comme cela, sans se poser véritablement de questions.
Ils ont préparé le repas et attendent des amis. Nous prenons l’apéro après être allés faire quelques courses en les attendant. Leurs amis ne sont qu’à peine surpris que l’on soit là. Leur fille est ravie de découvrir qu’elle va avoir des copains. On mange on discute, tout est parfait.

Bastien et Mika se lance dans la construction (après la destruction) des WC. Après 4 heures de boulot, elles sont enfin installées. Pendant ce temps, le repas du soir se prépare, on partage encore de supers moment, on mange. Les enfants jouent, les parents discutent et on est bien. On refait le Monde après avoir tourné autour.

Après une courte nuit, on prépare notre départ.
On repart les bras chargés des légumes du jardin, et surtout le cœur chargé de bonnes ondes et de gratitude.

Quand on demande à Alline et Mika pourquoi ils ont décidé de nous aider, ils répondent simplement qu’après avoir rencontré des gens sur leur route qui les ont aidé lors de leur voyage, c’était leur tour ! Car, en voyage on sait que l’on ne pourra surement pas rendre le service rendu à la personne qui t’a aidé, alors il suffit de rendre au prochain. Et c’est sûr qu’on le rendra, sans s’en rendre compte, sans effort, naturellement comme on l’a reçu d’eux.
Je crois en la sérendipité, Alline en la synchronicité. Ce week-end était un merveilleux mélange des deux.

Si vous voulez découvrir leur périple et la suite de leurs aventures, vous pouvez aller sur leur page, ils ont même un blog : Sensé Avec 2 Ailes

Nous on reprend la route, encore vers le Nord, on finira bien par débarquer chez les Anglais

 

Share This